Book de Michel Barthélemy

L'art fantastique aujourd'hui

Essai d'approche succincte

"Le fantastique n'est pas le domaine du passé...Il est tout à la fois le durable et le perpétuellement changeant, ce qui tient le plus étroitement aux racines de la pensée humaine, et ce qui reflète le mieux l'évolution et les métamorphoses de cette pensée." 
Marcel Brion de l'Académie française 

 

Le fantastique n'est pas le fantasque, contrairement aux désordres de celui-ci, l'art fantastique se nourrit de la réalité extérieure la plus signifiante et de la réalité intérieure la plus profonde, mais il exprime le réel de manière métaphorique, à travers les intuitions propres à chaque explorateur des voies de l'imaginaire. 

Si le ton est celui du réalisme, c'est pour permettre au spectateur d'entrer de plain pied dans des univers qui dans un premier temps lui semblent familiers, de s'y sentir à l'aise pour aussitôt se trouver dérouté par de surprenantes associations ou altérations dans le champ de ses représentations conventionnelles. Ceci fait parfois dire à certains que cet art est dépassé puisque le style se démarque peu des différentes figurations qui ont précédé notre siècle, celui des lumières électro-luminescentes. C'est oublier que l'intention de la majorité de ces artistes n'est pas de "faire neuf", ni de puiser aux sources d'épiphénomènes passagers, donc superficiels quand ce n'est absurdes, propres à notre époque contemporaine. Leur intention est plus noble, elle est au contraire de s'intéresser au fondement même de ce qui constitue notre humanité, de ce qui fait que l'homme est un homme, sachant que sa grandeur ne réside pas dans le fonctionnement banal au quotidien et encore moins dans la distraction névrotique pour fuir son être essentiel, mais bien dans l'accomplissement d'un programme oublié qui l'invite à gravir ses propres sommets.

Les origines de l'art fantastique remontent dans la nuit des temps. L'artiste de Lascaux ou de la grotte Chauvet ne traduisait-il pas déjà sur la roche les émanations de son imaginaire et de ses visions, admiratif devant les dons de la Mère Nature ou tourmenté face à ses puissances mystérieuses et capricieuses ? Depuis, l'art fantastique n'a cessé de rythmer l'Histoire de l'art et de l'humanité.

Quelques phares pour baliser la voie de l’art fantastique depuis le Moyen-Âge jusqu’à nos jours : Jérôme Bosch, Breughel, Altdorfer, Dürer, Piranèse, Arcimboldo, Grünewald, Gaspar David Friedrich, Goya, William Blake, Gustave Doré, les préraphaélites, Böcklin, les symbolistes du XIXe avec Odilon Redon, Ensor… les surréalistes avec Ernst, Dali, Magritte, Delvaux… et aujourd’hui, les quelques milliers d’artistes qui prolongent et actualisent l’une ou l’autre tendance ou qualificatif au suffixe en « ique » ou en « isme » : mystique, mythique, symbolique, onirique, réalisme fantastique, surréalisme, mais aussi art visionnaire, heroïc fantasy et pour les tendances noires ou morbides et quelque peu adolescentes, le « gothique » et le gore.  

Aujourd'hui, malgré l'invasion de la scène artistique par ce qu'on nomme abusivement "art contemporain", une pléïade d'artistes prouve que voici cent ans, Marcel Duchamp s'est trompé en annonçant la mort de la peinture de chevalet et de la sculpture sur socle. Partout dans le monde, des milliers d'artistes ont utilisé, utilisent et utiliseront toujours des supports, des toiles et de la peinture, de l'argile et du bronze plutôt que de s'approvisionner dans les décharges publiques ou de faire fabriquer par d'autres ce que les fantaisies de leur imaginaire sont incapables de réaliser.

Pour ma part, depuis que je peins, j'avais douze ou treize ans, la voie de l'imaginaire a été ma voie et ce ne sont pas les quelques expériences abstraites et expressionnistes qui ont pu m'en détourner. La pire des démissions est de rester sourd aux appels de la voie intérieure pour sacrifier aux modes d'une époque. C'est pourquoi, parallèlement à mon propre travail, je soutiens mes amis "fantastiques" en organisant dans ma ville une biennale qui rassemble une trentaine de peintres, sculpteurs et infographistes. En octobre 2011, nous en étions à notre cinquième édition.

La France dispose de six ou sept salons réguliers consacrés à cet art spécifique ou à des formes proches: la biennale de Saint-Léonard de Noblat, Safe au Mont-Dore, Objat près de Brive-la-Gaillarde, Brandérion et Lamballe en Bretagne, La Couronne près d'Angoulême, Sedan. Quant à la Belgique elle en propose deux, Artief à Diest en région flamande et Faerie à Arlon en Wallonie. 

Michel Barthélemy


Un voyage dans des mondes fantastiques, comme autant de métaphores de notre monde considéré comme réel.

Contact ArtBook.Me © ArtBook.Me 2010 - 2018 - v 1.3
Mentions légales - Charte d'utilisation de ArtBook.Me - Déclaration CNIL n° 1561151